Les deux langages de la modernité. Jean Starobinski entre littérature et science

En mars 2020, un an après le décès de Jean Starobinski, j’étais à Montréal pour travailler à une étude sur les relations entre la littérature et les sciences de l’homme. Je me suis alors demandé de quelle manière l’auteur de brillants essais sur le langage médical aurait parlé des profonds changements que nous étions en train de vivre. Comment celui qui avait tant réfléchi sur la question littéraire et philosophique de l’« existence masquée » aurait interprété le fait que le port d’un masque, non plus métaphorique mais bien réel, était devenu un signe de bonne éducation et de respect d’autrui ? À ce moment-là, j’avais déjà publié une dizaine d’articles et participé à l’organisation de deux journées d’étude autour de son œuvre. Mais je réalisais que mon but n’était plus seulement de faire connaître aux spécialistes les textes inédits et ceux moins lus de Starobinski, ou d’interpréter ses études en mettant en lumière leur caractère philosophique, mais plutôt de montrer, à travers sa pensée, que le langage et la rhétorique adoptés par le discours scientifique moderne doivent être pris en compte dans leur rapport dialectique aux mythes politiques et à certaines images récurrentes dans la littérature et l’art occidentaux.

Ce livre est disponible en accès libre.

Ce contenu a été mis à jour le 2 juin 2021 à 11 h 16 min.