« On the verge of a shift in fiscal paradigm » – Sociologie de l’évolution des discours experts sur la dette publique

Séminaire-midi avec Jean-Michel Cha hsi che

Résumé

Comment une doxa peut-elle être renversée ? Les débats actuels sur la soutenabilité de la dette publique dans le contexte de la pandémie de coronavirus offrent apparemment le spectacle d’un « changement de paradigme », pour reprendre l’expression de l’économiste Olivier Blanchard, ancien économiste en chef au FMI. Plusieurs indicateurs semblent en effet indiquer la fin de l’ère de la « consolidation fiscale » qui avait commencé après le krach boursier de 2007-2009 (Streeck, 2013). L’extension par les banques centrales des politiques d’assouplissement quantitatif et les débats sur l’annulation possible des dettes publiques en témoignent.

Notre conférencier

Les recherches que je mène dans le cadre de mon post-doctorat au CIRST interrogent les transformations récentes des discours experts sur la dette publique. Deux volets structurent ce travail : un premier volet consiste à cartographier l’espace international de production de l’expertise sur la dette publique et réaliser la sociologie des experts intervenant sur ce sujet. Un deuxième volet consiste à repérer les évolutions des discours experts sur la dette publique depuis la crise des subprimes. Pour ce faire, l’enquête empirique a consisté à répertorier les textes de proposition publiés par des think tanks dans 4 pays (Canada, Etats-Unis, France, Allemagne) et au niveau de l’Union européenne sur le sujet de la dette publique. Par un tel travail, on cherchera à montrer sous quelles conditions, et dans quelles mesures, se produit le « changement de paradigme » évoqué par Olivier Blanchard.

DÉTAILS

Date : Jeudi 21 janvier 2021, de 12h45 à 13h45

Lieu : Visioconférence sur Zoom

Gratuit et ouvert à tou.te.s

À propos du conférencier

Biographie

Jean-Michel Chahsiche est stagiaire post-doctoral au CIRST (UQAM) et au CRÉ (UdeM), et rattaché à la Chaire du Canada épistémologie pratique. Il a auparavant été stagiaire post-doctoral au Centre d’étude sur l’intégration et la mondialisation (UQAM), et est docteur en science politique du Centre européen de sociologie et de sciences politique (Université Paris 1/EHESS).

Sa thèse a porté sur le marché français du livre d’économie, au travers duquel il proposait d’écrire une histoire sociale des idées économique comme culture à forte valeur distinctive en prêtant attention au rôle des éditeurs dans la formation d’une offre et d’une demande légitimes de savoirs économiques.

Ses recherches portent désormais sur les prises de position d’économistes lors des crises économiques et par elles, les dynamiques d’internationalisation du débat économique.

Jean-Michel a également été membre du projet européen Interco-SSH, qui portait sur l’institutionnalisation et l’internationalisation des sciences sociales en Europe. Il est actuellement membre du bureau du réseau thématique « Sociologie des intellectuels et de l’expertise » de l’Association française de sociologie.

Publications récentes :

« On the Edge of Disciplines : The Reception of Karl Polanyi in France (1974-2014) », in Gisèle Sapiro, Marci Santoro, Patrick Baert (dir.), Ideas on the Move in the Social Sciences and Humanities. The International Circulation of Paradigms and Theorists, London, Palgrave Macmillan, 2020 (à paraître).

« How to Become an International Intellectual ? The case of Thomas Piketty and Capital in 21st Century », Sociologica, vol.1, 2017, avec Constantin Brissaud.

« Les intermédiaires dans la fabrique des idées économiques. Le cas des éditions Maspero/La Découverte au tournant des années 80 », Raisons Politiques, 2017/3.

>> Télécharger l’affiche

Ce contenu a été mis à jour le 14 janvier 2021 à 10 h 45 min.