Peu m’en chaut? Le paradoxe de l’opinion publique et de la politique sur les changements climatiques au Canada : Vers un nouveau programme de recherche

Lachapelle, É., Nadeau, R., Guertin-Armstrong, S., Beaumier, L. et Anjos, M. (2015). Peu m’en chaut? Le paradoxe de l’opinion publique et de la politique sur les changements climatiques au Canada : Vers un nouveau programme de recherche. Montréal: Institut de l'énergie Trottier.

This content is not available in the selected language.

À partir des données originales du sondage, ce rapport jette un nouvel éclairage sur la complexité des attitudes de la population canadienne en matière de changements climatiques. Si une grande majorité de canadiens voient des preuves du réchauffement climatique, ils sont beaucoup moins nombreux à croire que les humains sont les principaux responsables de la hausse observée de la température. En outre, bien qu’une majorité de personnes pensent que les changements climatiques affecteront les canadiens à un moment donné au cours de la prochaine décennie, peu d’entre elles se croient personnellement en danger. En fait, très peu de canadiens sont bien informés en ce qui concerne les changements climatiques et la plupart n’ont même pas une compréhension générale des politiques climatiques. Les canadiens ne sont pas disposés à payer des sommes importantes pour produire une plus grande quantité d’énergies renouvelables. Ces résultats aident à expliquer la raison pour laquelle les gouvernements canadiens – en particulier au niveau fédéral – ont montré relativement peu d’intérêt pour la mise en œuvre d’une politique ambitieuse en matière de changements climatiques. Ils suggèrent également que si le gouvernement Trudeau veut changer les choses, il devra expliquer clairement à la population canadienne les avantages que sa politique climatique lui apportera. Des recherches supplémentaires seront nécessaires pour déterminer les stratégies susceptibles d’être les plus efficaces pour parler des changements climatiques aux différents segments de la population canadienne. Cela comprend la recherche et la diffusion d’informations sur les risques pour les canadiens et les politiques qui permettront au Canada de passer

à une économie décarbonée. Un tel changement, s’il doit avoir lieu, permettra une analyse plus approfondie de la relation complexe qui existe entre les politiques climatiques et les perceptions de la population canadienne en matière de changements climatiques.

Updated 26 July 2018 at 15 h 00 min.