Distinguer l’expert du profane : cartographier les politiques de l’expertise professionnelle au Québec

This content is not available in the selected language.

RÉSUMÉ

On s’intéresse de plus en plus au rôle sociopolitique des « professions », c’est-à-dire des corps de métier qui, suivant le modèle posé par la médecine et le droit au 19e siècle, se réclament de savoirs peu partagés pour revendiquer un monopole légal sur une activité jugée experte.  Depuis 1868, ces corps de métier se multiplient et conquièrent des positions dominantes dans un spectre d’activités qui s’étend de la santé (dentisterie) à la production économique (chimie), à l’administration du territoire (urbanisme) et à la gouverne des organisations (comptabilité). En 2018, les ordres professionnels du Québec regroupent 395 000 travailleurs, soit 10% de la main-d’œuvre. Qui plus est, à toute époque, le professionnalisme sert de modèle à une variété d’autres métiers prétendant au statut d’expert, des compteurs de bois aux orthopédagogues, certains étant reconnus alors que d’autres disparaissent.

Nous ne disposons pas d’un panorama d’ensemble de l’histoire du « système professionnel » québécois.  Pour pallier à cette lacune, nous avons constitué une base de données recueillant des milliers d’occurrences dans les débats parlementaires.  Nous présenterons les pistes qu’ouvrent ces données sur l’histoire des politiques de l’expertise et l’ampleur insoupçonnée des chantiers concernés par cette histoire.

CONFÉRENCIER

Julien Prud’homme est spécialiste de l’histoire de l’expertise dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de la production économique aux 20e et 21e siècles. Il est professeur adjoint au Département des sciences humaines de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Ses travaux en cours portent sur la médicalisation des enfants à travers une histoire des difficultés scolaires, de l’autisme et de la déficience intellectuelle. Il développe des projets sur l’essor des métiers experts et leur impact sur les hiérarchies sociales, les rapports de pouvoir et les politiques publiques. Ses activités d’enseignement couvrent l’histoire générale du Québec et du Canada, l’histoire des sciences, de la santé et de l’éducation, ainsi que l’épistémologie des sciences sociales.

DÉTAILS

Date : 23 janvier 2020, 12h45-13h45
Lieu : Université du Québec à Montréal, pavillon Paul-Gérin-Lajoie, salle N-8510
Gratuit et ouvert à tou.te.s

This content has been updated on 10 December 2019 at 14 h 58 min.