Sherpa: un rapport aux graves lacunes méthodologiques

Le Devoir, Éthique et religion 5 novembre 2016
Voir sur ledevoir.com

 

Dans ce texte collectif paru suite à la parution d’un rapport du centre de recherche Sherpa sur les déterminants psychosociaux du soutien à la radicalisation violente chez les cégépiens, les auteurs soulignent plusieurs lacunes méthodologiques qui entachent la validité de cette étude et de ses conclusions: «Malgré les nombreux tableaux contenus dans le rapport, les conclusions des auteurs ne dérivent nullement de ces données statistiques ; les conclusions ont été juxtaposées aux données chiffrées pour donner l’impression qu’elles sont appuyées, mais elles constituent en fait des affirmations avancées sans preuve suffisante.»

Texte co-signé par Normand Baillargeon, essayiste et chroniqueur ; Daniel Baril, auteur et conférencier ; François Doyon, professeur au cégep de Saint-Jérôme ; André Gagné, professeur à l’Université Concordia ; Yves Gingras, professeur à l’Université du Québec à Montréal ; Kristoff Talin, chercheur au CLERSE de Lille.

 

Mis à jour le 5 novembre 2016 à 7 h 09 min.