Et si on ralentissait ?

Yves Gingras considère que le nombre d’errata et de rétroactions croît de manière inquiétante dans les résultats de recherche. Il s’interroge donc à savoir s’il est encore possible, pour un chercheur, de prendre son temps.

Mis à jour le 28 octobre 2016 à 11 h 46 min.