Université : une institution en mutation

RESPONSABLE DE L’AXE : pierre doray

Cet axe interroge les rôles changeants de l’université comme institution jouant un rôle primordial dans l’encadrement de la science et de la technologie. Ces rôles sont multiples et leur agencement passé, présent ou futur reste souvent incertain. Le CIRST jumèle ses expertises en histoire et sociopolitique des sciences, en bibliométrie, en gestion, en communication et en statistique éducative, pour repenser les mutations profondes qui touchent les missions et le fonctionnement de l’université.


Thèmes de recherche de l’axe 4


L’étude des déterminants sociaux qui influent sur le développement et la transformation des carrières scientifiques.

Cette question de recherche, importante pour la gouvernance des universités et des systèmes universitaires, est abordée au CIRST sous deux angles.

4.1.1    La mesure du poids de facteurs sociodémographiques, comme l’âge, mais surtout le sexe des chercheurs, les travaux récents et en cours démontrant la persistance d’un plafond de verre dans le milieu scientifique. Ce volet, notamment utiles aux politiques de soutien aux jeunes chercheur-e-s, comprend un fort volet comparatif et international (projets en collaboration avec la France et l’Afrique du Sud).

4.1.2    La mesure bibliométrique des causes et des effets sur les carrières scientifiques de divers choix (s’engager dans la collaboration interdisciplinaire, par ex.), de certains évènements professionnels (comme la fraude ou l’erreur) ou encore de l’opposition entre les fonctions d’enseignement et de recherche. Ce volet met en valeur l’innovation méthodologique du CIRST par le croisement de données bibliographiques et de données longitudinales sur les parcours de recherche.

Chercheurs : C. Beaudry; Y. Gingras; V. Larivière.


L’analyse de la redéfinition des rôles attendus des universitaires, une question qui soulève beaucoup d’intérêt dans les milieux académiques et économiques, mais dont la réalité empirique reste à clarifier.

Le CIRST joue à l’heure actuelle un rôle clé dans cette réflexion à deux volets.

4.2.1    Les collaborations entre universités et entreprises, sous l’angle de la méthode et de l’évaluation, et de l’étude de politiques sur le long terme (analyse par l’OST des brevets obtenus par les chercheurs universitaires). Ce volet permettra de comprendre les caractéristiques des partenariats qui génèrent d’importantes retombées, tant à l’échelle individuelle qu’organisationnelle, dans un contexte de désinvestissement de la recherche fondamentale de la part des industries.

4.2.2    L’évolution des pratiques de collaboration entre chercheurs (interdisciplinarité, intersectorialité, spécialisation ou adhésion à de grands groupes) qui font l’objet d’attentes importantes, mais dont la réalité reste peu connue. Au CIRST, elles font l’objet d’études mixtes liant entretiens, bibliométrie et analyses in situ sur, notamment, la participation de chercheurs en sciences humaines au sein de vastes projets de génomique.

Chercheurs : F. Armellini, C. Beaudry, Y. Gingras, S. Veilleux, V. Larivière, J. Queenton


L’étude comparative et historique du rôle changeant, disputé, de l’université dans la formation de travailleurs qualifiés en science et en technologie.

4.3.1    L’étude comparée de l’évolution des politiques, des stratégies et de leurs retombées en France et au Québec, en tenant compte de la construction des politiques de réussite, des relations universités/milieux et des parcours scolaires (ancrages sociaux des choix de sélection et d’orientation, inégalités de parcours).

4.3.2    Histoire des efforts institutionnels en faveur de la généralisation des études supérieures au Québec, avant et après la Révolution tranquille.

Chercheurs : P. Doray, R. Gagnon, P. C. Kamanzi, S. Moulin, J.-G. Prévost

Mis à jour le 15 février 2017 à 10 h 21 min.