Historique

Le CIRST est né de la fusion de deux centres de recherche, le CREST et le CRÉDIT, tous deux créés en 1986 grâce au programme des Actions structurantes. Ce programme a été mis en place par le ministère de l’Éducation du Québec dans la foulée des recommandations faites dans le Livre blanc sur la politique québécoise de recherche publié en 1980. Fort d’un budget de 70 millions de dollars étalés sur trois ans, ce programme avait pour objectifs de créer des emplois, favoriser la croissance de disciplines prioritaires et de structurer sur une base permanente les activités de recherche et de formation par des mesures d’aide à la formation, à l’emploi scientifique et à l’achat d’équipements.

800 nouveaux postes devaient être ainsi créés au sein d’une quarantaine d’équipes universitaires. Chaque équipe se voyait allouer 1,75 millions de dollars pour 5 ans, dont 90% devait servir à l’emploi.

Parmi les équipes subventionnées en sciences sociales figuraient deux équipes de l’Université du Québec à Montréal, le Centre de recherche en évaluation sociale des technologies (CREST) et le Centre de recherche en développement industriel et technologique (CREDIT). Alors que le CREST avait pour objet d’étude l’évaluation sociale des technologies, le CRÉDIT se consacrait à l’étude de la maîtrise et du transfert de la technologie canadienne dans le domaine de l’énergie.

Devant la complémentarité de leurs objectifs, l’importance des échanges entre les deux centres et les recommandations faites par la Sous-commission des études avancées et de la recherche de l’UQAM, le CREST et le CRÉDIT fusionneront en 1992 pour finalement prendre en 1994 l’appellation actuelle de Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST). Son premier directeur fut Camille Limoges, ancien sous-ministre fondateur du ministère de la Science et de la Technologie et co-auteur de la première politique scientifique du Québec.

En 1997, le CIRST a été reconnu par le programme Centres de recherche du Fonds FCAR, qui lui assurait une subvention d’infrastructure. En 2002, le nouveau programme de Regroupements stratégiques du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC) a doublé le budget du CIRST, qui formait déjà le principal regroupement au Canada dans son domaine. Cet appui du FRQSC a été renouvelé encore une fois en 2008, puis encore en 2017.

Le CIRST a pour vocation de créer un réseau de recherche, d’échange et de formation. L’Observatoire des sciences et des technologies (OST) s’y est joint en 2002 et le LabCMO en 2008. Cinq chaires de recherche du Canada en font également parties. Au niveau de la formation, des programmes de maîtrise et de doctorat en  » Science, technologie et société  » ont été lancés à l’UQAM en 2010, tandis qu’une concentration en  » Histoire, philosophie et sociologie des science  » au premier cycle devrait y voir le jour en 2018.

Mis à jour le 30 mai 2017 à 15 h 37 min.